Saint Siège – Introduction à la Charte des Droits de la Famille – 22 octobre 1983

INTRODUCTION

La « Charte des Droits de la Famille » résulte du vœu formulé par le Synode des évêques réuni à Rome en 1980 sur le thème: « Le rôle de la famille chrétienne dans le monde moderne » (cf. « Proposition » n. 42). Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II, dans l’exhortation apostolique Familiaris consortio (n. 46), a donné suite au vœu du Synode en engageant le Saint-Siège à préparer une Charte des Droits de la Famille destinée à être présentée aux organismes et autorités concernés.

Il est important de comprendre exactement la nature et le style de la Charte telle qu’elle est ici présentée.

Ce document n’est pas un exposé de la théologie dogmatique ou morale du mariage et de la famille, bien qu’il reflète la pensée de l’Eglise en la matière. Il n’est pas non plus un code de conduite destiné aux personnes et aux institutions concernées. La Charte diffère aussi d’une simple déclaration des principes théoriques concernant la famille. Elle a plutôt pour but de présenter à tous nos contemporains, chrétiens ou non, une formulation — aussi complète et ordonnée que possible — des droits fondamentaux propres à cette société naturelle et universelle qu’est la famille.

Les droits énoncés dans la Charte sont imprimés dans la conscience de l’être humain et dans les valeurs communes de toute l’humanité. La vision chrétienne y est présente en tant que lumière de la révélation divine qui éclaire la réalité naturelle de la famille. Ces droits résultent, en dernière analyse, de la loi inscrite par le Créateur au cœur de tout être humain. La société est appelée à défendre ces droits contre toute violation, à les respecter et à les promouvoir dans l’intégralité de leur contenu.

Les droits qui sont présentés sont à considérer selon le caractère spécifique d’une « Charte ». Dans certains cas, ils rappellent des normes proprement contraignantes sur le plan juridique; dans d’autres cas, ils expriment des postulats et des principes fondamentaux pour l’élaboration de la législation et le développement de la politique familiale. Dans tous les cas, ils constituent un appel prophétique en faveur de l’institution familiale qui doit être respectée et défendue contre toute atteinte.

Presque tous ces droits sont déjà exprimés dans d’autres documents aussi bien de l’Eglise que de la communauté internationale. La présente Charte tente d’en fournir une meilleure élaboration, de les définir avec plus de clarté et de les rassembler dans une présentation organique, ordonnée et systématique. En annexe, on trouvera l’indication des « sources et références » des textes auxquels certaines des formulations ont été empruntées.

La Charte des Droits de la Famille est maintenant présentée par le Saint-Siège, l’organe central et suprême de gouvernement de l’Eglise catholique. Le document a bénéficié d’un vaste ensemble d’observations et d’analyses réunies à la suite d’une large consultation des Conférences épiscopales de toute l’Eglise comme d’experts spécialisés en la matière et représentant des cultures diverses.

La Charte est destinée en premier lieu aux Gouvernements. En réaffirmant, pour le bien de la société, la conscience commune des droits essentiels de la famille, la Charte offre à tous ceux qui partagent la responsabilité du bien commun un modèle et une référence pour élaborer une législation et une politique familiale, et une orientation pour les programmes d’action.

En même temps, le Saint-Siège propose avec confiance ce document à l’attention des Organisations internationales intergouvernementales qui, de par leur compétence et leur action pour la défense et la promotion des droits de l’homme, ne peuvent ignorer ou permettre les violations des droits fondamentaux de la famille.

La Charte s’adresse évidemment aussi aux familles elles-mêmes: elle vise à encourager au sein des familles la conscience du rôle et de la place irremplaçables de la famille; elle voudrait inciter les familles à s’unir pour la défense et la promotion de leurs droits; elle encourage les familles à accomplir leur devoir de telle manière que le rôle de la famille soit plus clairement compris et reconnu dans le monde actuel.

La Charte s’adresse enfin à tous, hommes et femmes, afin qu’ils s’engagent à tout mettre en œuvre pour faire en sorte que les droits de la famille soient protégés et que l’institution familiale soit renforcée pour le bien de toute l’humanité, aujourd’hui et à l’avenir.

Le Saint-Siège, en présentant cette Charte souhaitée par les représentants de l’Episcopat mondial, adresse un appel particulier à tous les membres et à toutes les institutions de l’Eglise, afin qu’ils témoignent en chrétiens de leur ferme conviction que la mission de la famille est irremplaçable, et travaillent à ce que les familles et les parents reçoivent le soutien et les encouragements nécessaires à l’accomplissement de la tâche que Dieu leur confie.